Agence funéraire de Lyon Pompes Funèbres BONNEL

4 agences pour vous servir

image header Inhumation ou crémation
Inhumation ou crémation

Inhumation ou crémation ? Une question essentielle…

Vous souhaitez préparer au mieux vos obsèques afin d’épargner des démarches fastidieuses à vos proches ? Vous êtes vous-même confronté à la perte d’un être cher et devez faire face à de nombreuses interrogations ?

L’une des premières choses à déterminer est le choix d’une inhumation ou d’une crémation. En tant que pompes funèbres à Lyon et aux alentours, l’entreprise Bonnel est en mesure de vous présenter les avantages et les inconvénients de chaque option. Mais en dernier ressort, bien évidemment, le choix vous appartient.

urne funéraire pour crémation

Crémation ou enterrement : la dimension religieuse

Le premier critère qui influence le choix d’une incinération ou d’une inhumation est souvent religieux. En effet, certains cultes proscrivent toujours la crémation. C’est le cas du judaïsme et de l’islam. D’autres confessions, comme les chrétiens orthodoxes et catholiques, la tolèrent sans pour autant l’encourager.

Le protestantisme ne voit aucun inconvénient à l’incinération de la dépouille. Enfin, les religions orientales, comme le bouddhisme et l’hindouisme, la pratiquent traditionnellement.

Pourquoi opter pour la crémation ?

Cette pratique concerne à l’heure actuelle environ 40 % des décès en France, contre 18 % seulement en 2000. On estime que dans la décennie à venir, l’incinération pourrait représenter la moitié des obsèques. Les raisons de cette avancée sont variées :

  • un recul des croyances religieuses et du tabou de la crémation ;
  • des raisons pratiques : l’absence de concession à entretenir séduit celles et ceux qui ne souhaitent pas imposer cette obligation à leurs proches ou dont la famille se trouve géographiquement éloignée ;
  • une plus grande souplesse : les cendres peuvent être déposées dans un jardin du souvenir, dispersées en pleine nature, en mer ou même par voie aérienne ;
  • des considérations écologiques : une urne ou, à plus forte raison, des cendres dispersées prennent bien moins de place qu’un cercueil et qu’une pierre tombale, tout en nécessitant moins de matériaux ;
  • l’aspect financier : une idée répandue consiste à penser que la crémation est moins onéreuse que l’inhumation mais, dans les faits, c’est surtout le choix du cercueil qui influence le coût des funérailles.

Généralement plus simple à organiser, la crémation soulage les proches d’une partie des contraintes habituellement liées à un décès. Ainsi, il n’est pas besoin de disposer d’une concession au cimetière, ni de prévoir une venue régulière pour nettoyer ou fleurir la tombe.

En revanche, pour certaines personnes, la vision du cercueil pénétrant dans le four ou l’idée de brûler la dépouille de l’être aimé sont insurmontables. La dispersion des cendres peut aussi s’avérer très perturbante, car elle signe la disparition totale du défunt. L’inhumation est alors à privilégier.

image urne funéraire

Pourquoi choisir une inhumation ?

Dans toutes les cultures judéo-chrétiennes, l’enterrement est resté le type de funérailles le plus courant. Le temps de recueillement à cercueil ouvert, l’accompagnement du défunt jusqu’au cimetière, la présence d’un monument funéraire ou d’un caveau font partie des éléments traditionnels et rassurants.

Par rapport à la crémation et à la dispersion des cendres, qui peuvent être perturbantes pour certains, l’inhumation a quelque chose de plus matériel. Certaines personnes ont en effet besoin de savoir que la dépouille mortuaire est toujours intacte, même sous terre.

Plus personnelle que le dépôt d’une urne dans un monument dédié, la sépulture constitue un point de repère pour les proches endeuillés. L’ajout d’objets funéraires, de fleurs ou d’une plaque funéraire facilitent parfois le travail de deuil. Enfin, lorsqu’il existe un caveau de famille, le choix de l’inhumation reste le plus courant.

Qu’est-ce qu’un contrat de concession ?

Dans le cas d’une inhumation au cimetière, il est obligatoire de souscrire un contrat de concession Celui-ci précise la durée (temporaire, pour 30 ou 50 ans ou perpétuelle) et la destination prévue (individuelle ou familiale).

À l’échéance du contrat, la famille a deux options : le renouveler ou procéder à la crémation des restes mortuaires. Si les proches ne se manifestent pas, la mairie fait placer les restes dans un ossuaire.

Si la famille ne peut assumer financièrement une concession, la commune est tenue de fournir un emplacement pour l’enterrement au cimetière, sur un espace commun, pour cinq ans minimum.

Incinération ou inhumation : l’hommage reste semblable

Mis à part les considérations religieuses sur le sujet, les deux types de funérailles présentent de nombreux points communs. Elles doivent notamment avoir lieu dans un délai compris entre 24 heures et six jours après le décès.

Dans les deux cas, une cérémonie funèbre civile ou religieuse peut être organisée. Seul le lieu diffère : à l’église ou à la chambre funéraire pour un enterrement, au crématorium pour une incinération.

Il est tout à fait possible de prévoir un hommage à cercueil ouvert, si les conditions légales et sanitaires le permettent. Ceci donne à ceux qui le souhaitent l’opportunité de dire adieu au défunt, de déposer un objet, une lettre, une photo, une fleur dans le cercueil.

Quelle que soit la solution choisie, il demeure possible d’organiser des obsèques conformes aux souhaits du disparu, émouvantes et dignes. Les pompes funèbres Bonnel dans le Rhône vous assistent dans tous les préparatifs et les démarches légales qui s’imposent.

cercueil blanc emmené par des porteurs funérailles

Enterrement ou crémation, que devient la dépouille ?

Il existe certaines différences quant à la destination des restes mortuaires. En effet, la loi française autorise l’enterrement dans un cimetière, mais aussi dans une propriété privée (après accord du propriétaire et du préfet). Vous pouvez être enterré dans votre commune de résidence ou de naissance, mais aussi dans n’importe quel autre lieu sur autorisation de la mairie.

Concernant le devenir de l’urne ou des cendres cinéraires, davantage d’options s’offrent à vous. Outre le cimetière et le jardin du souvenir, il est possible de déposer les restes mortuaires dans un lieu privé, en pleine nature, en mer au large des côtes, dans le ciel et même dans l’espace. Deux pratiques restent toutefois interdites : diviser les cendres et les conserver chez soi.

Incinération ou enterrement : des démarches administratives différentes

Quelles que soient les funérailles choisies, la loi impose diverses formalités, à réaliser dans des délais assez serrés. En cas de crémation, il convient d’obtenir un permis d’incinérer auprès du maire de la commune dans laquelle a eu lieu le décès (ou celui de la mise en bière). Pour cela, il faut présenter une demande de crémation, accompagnée de l’acte de décès et d’un certificat médical attestant de la non-contre-indication de cette opération.>/P>

Pour un enterrement, il faut solliciter une autorisation d’inhumation, également auprès de la mairie. Les documents requis sont l’acte de décès, le permis d’inhumer et une demande écrite et signée par la personne en charge d’organiser les obsèques.

recueillement enterrement

Le testament : le meilleur moyen de préparer vos obsèques

Si vous souhaitez éviter à vos proches le choix difficile entre crémation et enterrement, l’idéal est d’anticiper les choses. Vous pouvez écrire votre testament seul, en le datant et en le signant. Il est alors recommandé d’informer vos proches de sa rédaction et du lieu où vous le conservez. Pour plus de sécurité, vous pouvez établir ce document auprès d’un notaire.

Vous pouvez aussi vous rapprocher d’une entreprise funéraire comme Bonnel à Lyon, Meyzieu, Vénissieux ou Villeurbanne. Ensemble, nous discuterons de vos préférences puis établirons un contrat obsèques qui a valeur de testament. Cette démarche présente plusieurs avantages : vous informez votre famille de vos choix concernant les funérailles – notamment une inhumation ou une crémation – et vous leur épargnez la charge financière des obsèques.

Notez qu’en l’absence d’indications contraires de votre part, les cendres seront nécessairement déposées au cimetière. Si vous désirez qu’elles soient dispersées, vous devez impérativement le préciser dans votre testament crématiste.

Quelle que soit l’option retenue, la loi française impose aux familles de respecter les dernières volontés du défunt, dans la mesure où celles-ci ne contreviennent pas aux dispositions légales en vigueur.

Quel choix en l’absence de testament ?

Malheureusement, il arrive que l’on soit confronté à un décès brutal ou que le défunt n’ait pas songé à coucher par écrit ses dernières volontés. Le choix de la crémation ou de l’inhumation revient alors à la famille. Ici encore, les pompes funèbres Bonnel jouent un rôle essentiel, en vous présentant en détail chacune des possibilités.

Comme nous l’avons dit plus haut, l’aspect financier ne doit pas guider le choix des obsèques. En effet, nous pouvons vous aider à trouver la meilleure solution dans les deux cas, par le choix judicieux du cercueil et des éventuels articles funéraires.

Crémation ou inhumation, au cimetière ou en terrain privé, avec cérémonie civile ou religieuse… Chacun a ses propres convictions et le choix reste profondément personnel. Le rôle des pompes funèbres est ici simplement d’accompagner au mieux les personnes qui souhaitent régler leurs funérailles à l’avance, tout comme les familles confrontées au deuil.

Comments are closed here.

Pompes funèbres Lyon Bonnel
Pompes Funèbres lyonnaises

Bénéficiez d'un accompagnement sur mesure.

Contactez-nous au : 04 82 29 61 07